Pourquoi éviter les ceintures, braquettes et bretelles ?

Dans les règlements des écoles primaires et des maternelles, l’on peut retrouver une liste de vêtements et d’accessoires interdits. Il n’est pas toujours évident pour les adultes de comprendre pourquoi il est déconseillé de les emmener à l’école. Pourtant, ces interdictions relèvent de la sécurité et d’un souci de praticité pour les enfants.

Favoriser l’autonomie de l’enfant

A partir de la maternelle, les enfants sont séparés de leurs parents et sont en quelques sortes obligés de se débrouiller seuls. A l’école, on les encourage dans ce sens afin qu’il ne dépendent pas toujours d’adultes.

Que ce soit pendant la récréation, les sorties scolaires, les cours d’éducation physique, il y aura toujours des moments où l’enfant sera amené à se déshabiller et à se rhabiller seul. Pour favoriser l’autonomie des enfants, les écoles déconseillent certains habits et accessoires qui peuvent les gêner et préconisent, à la place, des vêtements pratiques qui aideront à développer petit à petit leur indépendance.

De plus, l’essentiel est que l’enfant se sente libres dans ses mouvements et dans ses activités.

Choisir des vêtements pratiques

Parmi les accessoires déconseillés se trouvent les ceintures, les braguettes et les bretelles. En effet, pour un enfant, il peut être compliqué d’aller aux toilettes lorsqu’il a des ceintures et des bretelles qu’il n’arrive pas à défaire et à remettre en place correctement. Au final, il arrive que les ceintures à la mode pendouillent et que les bretelles coincent. Même les braguettes peuvent être source de gêne lorsqu’elle n’est pas parfaitement maitriser.

A la place, les vêtements pratiques sont encouragés, et notamment ceux qui aident à l’autonomie. Les attaches velcro, les pantalons à élastiques ou avec des scratch, les robes avec des cordons semblent être de parfaits repères pour les petits doigts encore maladroits.

Il existe également d’autres accessoires comme l’écharpe qui sont fortement déconseillés car pouvant exposer les enfants à des dangers d’étranglement. Les lacets qui se défont augmentent aussi les risques de trébucher. Afin d’éviter ces petits accidents, l’on privilégie les chaussures à velcros ou avec un zip sur le côté.

Faciliter la tâche à l’instituteur

Même si l’instituteur ou la maitresse répond toujours présent en cas de problème, il faut garder à l’esprit qu’ils doivent s’occuper de dizaines d’enfants. Il se peut alors qu’ils n’arrivent pas à temps pour aider un enfant, et que finalement ce dernier finit par faire pipi dans son  pantalon.

L’autonomie serait bénéfique non seulement aux élèves mais aussi aux instituteurs.